Santé. Quelques brèves

Une substance cancérogène retrouvée dans des gâteaux pour bébé - Bientôt un site unique pour les rappels de produits alimentaires ? - Fin de vie - Détection autisme avant un an

27/02/2017 à 17:14 par Administrateur

Enquête sur les gâteaux pour bébé. (©Guelt Fotolia)
Enquête sur les gâteaux pour bébé. (©Guelt Fotolia)
Une substance cancérogène retrouvée dans des gâteaux pour bébé

Cette nouvelle ne va pas ravir les parents. Une substance potentiellement cancérogène a été retrouvée dans des biscuits pour bébés. Une analyse, menée par la fondation Changing Markets, l’ONG WECF et le rassemblement de consommateurs SumOfUS, rapporte la présence d’acrylamide dans des biscuits de la marque Nestlé. Dans le détail, le taux est de 226,1 microgrammes par kilo alors que la réglementation européenne fixe la limite à 200 microgrammes. Le géant de l’agroalimentaire promet une enquête pour comprendre ces résultats.

Bientôt un site unique pour les rappels de produits alimentaires ?

En raison de différents dangers, des produits sont fréquemment rappelés par les enseignes. Pour y voir plus clair, l’association de consommateurs CLCV réclame la mise en place d’un site internet unique rassemblant l’ensemble des rappels de produits alimentaires. Pour l’année 2016, la CLCV a compté, de manière non exhaustive, 97 avis de rappels concernant 147 produits (à base de viande, des fruits et des légumes, des fromages, des biscuits…).

Fin de vie : une campagne pour mieux faire connaitre la loi

« La fin de vie, et si on en parlait ? ». C’est sous ce slogan que le ministère de la Santé vient de lancer sa nouvelle campagne nationale d’information. En effet, les Français sont nombreux à mal connaître les dispositions de la loi Leonetti-Clays. Grâce à cette loi, les personnes majeures peuvent exprimer, en amont, leurs volontés concernant la fin de vie. Pour cela, il est possible de rédiger des directives anticipées (traitements, maintien artificiel de la vie, sédation profonde…).

Une détection de l’autisme avant l’âge d’un an

Aujourd’hui, le diagnostic de l’autisme est encore trop tardif. Il faut souvent attendre l’âge de 2 ans pour démarrer le traitement. Mais les choses pourraient changer. Des chercheurs américains ont utilisé l’IRM pour analyser le cerveau de 150 nourrissons. Ils ont constaté que, dès 6 mois, il est possible de relever des différences entre le cerveau d’un enfant autiste et d’un enfant qui ne l’est pas.
APEI-Actualités. Johanna Amselem

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Vidéo du moment

Meaux - Mardi 30 mai 2017

Meaux
Mar
30 / 05
22°/17°
vent 36km/h humidité 79%
Mer24°-11°
Jeu26°-15°
Ven29°-16°
Sam22°-15°