Fréquentation
 et recettes en baisse chez Disney

Le groupe de divertissement n’échappe aux effets de la crise et des caprices de la météo. Les résultats entre avril et juin diffusés par le groupe l’attestent. Analyses.


Dernière mise à jour : 23/08/2013 à 02:31

Euro Disney a expliqué ces jours-ci qu’il continue à investir dans la réhabilitation de tous ses hôtels et dans l’extension du Parc Walt Disney Studios, tout en gérant prudemment ses coûts.
Euro Disney a expliqué ces jours-ci qu’il continue à investir dans la réhabilitation de tous ses hôtels et dans l’extension du Parc Walt Disney Studios, tout en gérant prudemment ses coûts

Les derniers résultats de l’exercice annoncés le 6 août dernier par la société française qui gère Disneyland Paris (Euro Disney SCA), laisse apparaître une baisse de la fréquentation des parcs et du taux d’occupation des hôtels.
 Cela concerne la période comprise entre avril et juin.

L’exercice fiscal de l’entreprise étalant d’octobre 2012 à septembre 2013.
 Le chiffre d’affaires fléchit
Dans le même temps, le chiffre d’affaires du troisième trimestre baisse de 2 % à 352 millions d’euros. En 2012, il avait atteint les 358 millions d’euros.

Durant cette période, l’activité de développement immobilier a connu une baisse de 25 % tandis que l’activité touristique a enregistré un fléchissement de 1,7 %.
La crise de 2009 pèse
La crise économique en Europe du sud où Disney attire une grosse partie de sa clientèle et notamment espagnol, influence directement ces résultats.

Les conditions météorologiques défavorables en France jusqu’à la mi-juin ont aussi pesé sur la balance.

Un chiffre d’affaires en hausse sur neuf mois

Mais Euro Disney rappelle également que le chiffre d’affaires des neuf premiers mois de l’exercice est en hausse de 9 millions d’euros à 920 millions d’euros.
L’augmentation de la dépense par visiteur et un chiffre d’affaires des activités de développement immobilier plus élevé expliquent ce bon résultat.

Philippe Gas vigilant

Toutefois, Philippe Gas, président d’Euro Disney reste vigilant  : « L’environnement économique européen toujours difficile et les conditions météorologiques défavorables ont pesé sur les volumes des activités touristiques au troisième trimestre. Nous restons prudents pour les prochains mois au vu de l’incertitude économique en Europe ».

Et il ajoute également  : « Il y a trois ans, nous avons pris la décision d’augmenter nos investissements sur l’ensemble de la destination afin d’améliorer l’expérience proposée à nos visiteurs et faire progresser la dépense par visiteur. Cela nous a permis de limiter les impacts négatifs de l’environnement économique sur notre troisième trimestre. Nous continuerons à nous appuyer sur les fondamentaux de notre activité, qui restent solides, pour poursuivre notre développement à long terme ».

Sauvez Disneyland Paris

Disney a adopté une gestion prudente de ses charges depuis 2009, en contrôlant attentivement l’évolution des dépenses.
Disney a adopté une gestion prudente de ses charges depuis 2009, en contrôlant attentivement l’évolution des dépenses.

Pourtant, Une pétition intitulée « Sauvez Disneyland Paris », a été lancée sur Internet peu après la diffusion des résultats économiques du 3e trimestre d’Euro Disney SCA.
Déjà, 4 160 personnes l’ont signé. Elles se montrent déçues et dénoncent la qualité des prestations des parcs qui se dégradent.

Cette pétition met l’accent sur les attractions constamment en panne, une réduction drastique de l’offre et l’annulation de tous les spectacles vivants. Les signataires mettent aussi en cause le manque d’entretien des décors dont certains tomberaient en ruine selon eux.
Que pense Euro Disney de ces arguments  ?

« Nous sommes particulièrement attentifs aux commentaires de nos visiteurs et les utilisons pour réévaluer régulièrement nos procédures. Notre objectif est d’assurer à chacun de nos visiteurs une expérience de qualité », répond la société française.

La World Disney Company intervient  ?

Autre préoccupation, une rumeur circule sur Internet relayé par un blog néerlandais selon laquelle la maison mère en Californie aurait imposé à la société française gérant les parcs de Paris d’interrompre immédiatement tous les investissements prévus. Est-ce le signe que la santé financière de Disneyland Paris, déjà difficile, a atteint un seuil critique  ? « Nous ne commentons pas les rumeurs », répond l’entreprise.

Investissements à long terme

De son côté Mark Stead, DGA Finances d’Euro Disney calme le jeu sur le site de l’entreprise à propos du chiffre d’affaires du 3e trimestre 2013 : “En 2009, lorsque la crise a commencé, nous avons pris la décision de nous focaliser sur le long terme. Nous avons concentré nos efforts sur deux points essentiels à notre performance future. D’abord, nous avons poursuivi nos investissements dans l’expérience de nos visiteurs et dans nos Cast Members, qui sont une composante essentielle de la magie Disney. Nous sommes convaincus qu’investir dans notre produit contribue à alimenter notre croissance et à conduire notre activité vers une profitabilité pérenne”, explique le DGA .

Meaux
Une de la semaine
Marne-la-Vallée
Une de la semaine
Abonnez-vous

Revue de web

    fournis par Google

    À Feuilleter

    Une GUIDE DE L'ETE
    Les archives